Tableau de bord

🧐 Vikas Dubey, principal suspect d'un crime dans la mort de 8 policiers indiens, tuĂ© lors d'une fusillade

LUCKNOW, Inde - Le principal suspect des meurtres en embuscade de huit policiers la semaine derniÚre et des dizaines d'autres crimes a été tué par balle vendredi en garde à vue alors qu'il tentait de fuir, ont déclaré des responsables.

Vikas Dubey a arraché un revolver aux officiers aprÚs que leur véhicule s'est renversé sur une autoroute prÚs de la ville de Kanpur, dans le nord de l'Inde, et a tenté de fuir, a déclaré l'officier de police Mohit Aggarwal. Il a dit que Dubey est mort dans un échange de coups de feu.

Dubey, la quarantaine, s'Ă©tait rendu jeudi dans le centre-ville d'Ujjain aprĂšs une perquisition d'une semaine. Il Ă©tait conduit dans un convoi de police Ă  Kanpur oĂč les huit policiers ont Ă©tĂ© tuĂ©s.

Il aurait des liens avec des politiciens d'État et la police. Vendredi dernier, deux policiers ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s pour l'avoir informĂ© d'un raid de police sur son domicile.

Au cours des quatre derniers jours, la police a tuĂ© six des complices prĂ©sumĂ©s de Dubey en l'aidant Ă  Ă©chapper Ă  l'arrestation, a dĂ©clarĂ© Avneesh Awasthi, un porte-parole du gouvernement de l'État.

Amarnath Aggarwal, un chef du parti de l'opposition au CongrÚs, a accusé la police de planifier le meurtre de Dubey. "Il a été commis avec le motif que Dubey n'a pas révélé les noms des personnes qui lui ont offert le patronage et la protection."

Les décÚs en garde à vue ne sont pas des incidents isolés en Inde.

Un rapport publié le mois dernier par un groupe de défense des droits de New Delhi, la Campagne nationale contre la torture, indique qu'au moins 1731 personnes sont mortes en détention en 2019, ce qui signifie cinq décÚs par jour en détention.

En dĂ©cembre de l'annĂ©e derniĂšre, la police a abattu quatre hommes soupçonnĂ©s d'avoir violĂ© et tuĂ© une jeune vĂ©tĂ©rinaire dans le sud de l'Inde aprĂšs que les enquĂȘteurs les eurent emmenĂ©s sur les lieux du crime. Des groupes de dĂ©fense des droits humains demandent des enquĂȘtes sur les dĂ©cĂšs.

Ghanshyam Upadhayay, un avocat basĂ© Ă  Mumbai, avait demandĂ© jeudi Ă  la Cour suprĂȘme de l'Inde que les meurtres des prĂ©sumĂ©s complices de Dubey fassent l'objet d'une enquĂȘte.

Dubey a Ă©tĂ© tuĂ© avant que le tribunal ne puisse se prononcer sur sa requĂȘte.

La chaĂźne de tĂ©lĂ©vision de New Delhi a rapportĂ© que la police avait arrĂȘtĂ© les voitures des mĂ©dias aprĂšs le convoi de police sur l'autoroute une demi-heure avant la mort de Dubey. Il n'y a pas eu de commentaire immĂ©diat de la police.

La semaine derniĂšre, la police a cherchĂ© Ă  arrĂȘter Dubey et d'autres personnes accusĂ©es d'appartenir Ă  son gang criminel. Selon la police, les suspects ont bloquĂ© la route avec des pelles et tirĂ© sur eux depuis les toits. Cinq officiers ont Ă©galement Ă©tĂ© blessĂ©s et les assaillants ont fui avant que les renforts de la police ne puissent atteindre la zone.

L'Uttar Pradesh, avec une population de 230 millions d'habitants, est l'un des États les plus pauvres de l'Inde. Il est Ă©galement considĂ©rĂ© comme l'un des plus illĂ©gaux avec de nombreux incidents de vols Ă  main armĂ©e, d'enlĂšvements contre rançon et de crimes contre les femmes, selon le National Crime Record Bureau.

Dubey aurait été impliqué dans 60 cas de meurtres, vols et enlÚvements. Parmi eux, le meurtre du chef local du parti Bharatiya Janata, Santosh Shukla, dans un poste de police en 2001. Deux policiers sont également morts lors de l'attaque.

Read more...