Tableau de bord

❤️ [vidéo] - Une MÈRE philippine sans emploi à Dubaï CUISINE GRATUITEMENT de la nourriture pour sa communauté

La mère de trois enfants de 34 ans distribue la nourriture à Muraqqabat, Deira Dubaï:

Une expatriée philippine à Dubaï a offert de la nourriture gratuite aux habitants de sa communauté pendant la pandémie de coronavirus.

Feby Cacher Baguisa-Dela Peña, mère de trois enfants, aide 200 personnes par jour dans ses efforts. Ce qui a commencé comme une initiative pour aider les nécessiteux pendant les vacances de l'Aïd s'est transformé en une affaire quotidienne, avec de nombreuses personnes confrontées à des moments difficiles en raison de la pandémie.

"Pendant le Ramadan, je regardais de nombreux Philippins faire la queue pour un repas gratuit", a déclaré Dela Pena.

«Des personnes appartenant à diverses organisations à but non lucratif déposaient des paquets de nourriture pour les nécessiteux dans la rue Al Muraqqabat à Deira.

Mon cœur s'est brisé en regardant mes compatriotes, hommes et femmes, faire la queue dans une queque pour un repas gratuit.

Des larmes ont éclaté un jour et j'ai décidé de leur faire de la nourriture. Mon mari m'avait donné une allocation pour l'épicerie à domicile.

C'était pendant un mois. J'ai tout dépensé en une journée et cuisiné pour environ 40 personnes le premier jour de l'Aïd. Le mot s'est répandu rapidement et le même jour, j'ai eu une demande de 150 personnes.

«Mon mari ne savait pas que j'avais pris l'allocation pour préparer ces repas gratuits. Il sait maintenant et comprend pourquoi je l'ai fait. Je suis tellement reconnaissante de son soutien affectueux et de m'avoir laissé faire cela pour nos compatriotes philippins », a-t-elle ajouté.

Qu'est ce qui se cuisine?

L'expatrié de 34 ans prépare deux plats philippins populaires; afritada au poulet et adobo au poulet. "Un minimum de 25 kg de riz, 30 kg de poulet et 150 œufs entre autres ingrédients entrent dans la préparation des plats", a déclaré Dela Pena.

Ses dépenses quotidiennes pour l'épicerie s'élèvent à environ 500 Dh.

«Pendant l'Aïd, j'ai payé les ingrédients de l'allocation que mon mari m'a donnée. Mais maintenant, l'aide de mes amis et connaissances afflue », a-t-elle déclaré.

La préparation

Le mari de Dela Pena, Esperidion Jr. Artillaga Dela Peña, 35 ans, coupe le poulet la nuit précédente. Les amis du couple aident ensuite à couper les légumes et à cuire le riz dans cinq à six cuiseurs séparés. "Je n'ai pas de gros cuiseur à riz. Je distribue donc le travail entre amis », a déclaré Dela Pena. «Nous cuisinons le riz en même temps et le mélangeons avec la sauce et les ingrédients que nous préparons en accompagnement. À la fin de la journée, c'est un effort d'équipe collectif », a-t-elle ajouté.

Dela Pena a ajouté que, espérons-le, ses enfants - Felix, six ans, et Faustine, trois ans, apprendront à partager quand ils seront grands, en utilisant leurs parents comme bons exemples.

"Mon enfant de huit mois - Flynn - est encore trop petit pour voir l'effort que nous prenons", a déclaré Dela Pena.

Emballage et livraison des repas :

Les amis de Dela Pena se réunissent tous les jours chez elle pour faire l'emballage.

«Les gens viennent chercher la nourriture dans mon appartement car nous voulons maintenir une distance sociale. Le week-end prochain, cependant, nous nous dirigerons vers Satwa pour livrer la nourriture car il y a beaucoup de gens qui recherchent des repas gratuits là-bas », a-t-elle ajouté.