Tableau de bord

😠 [vidĂ©o] - Un homme meurt aprĂšs qu'un officier s'est agenouillĂ© sur le cou

Quatre flics du Minnesota licenciés aprÚs la mort d'un homme noir non armé

Quatre policiers du Minnesota ont été licenciés aprÚs la mort d'un homme noir qui a été placé en garde à vue et vu sur vidéo étant coincé par le cou.

Le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo, a déclaré que les quatre policiers étaient désormais des "anciens employés".

Les images montrent l'homme, George Floyd, gémissant et disant à plusieurs reprises "Je ne peux pas respirer" à l'officier blanc.

L'incident fait écho à celui d'Eric Garner, un homme noir décédé lors de son arrestation à New York en 2014.

Le FBI a dĂ©clarĂ© qu'il enquĂȘterait sur l'incident de Minneapolis, qui s'est produit lundi soir.

La police du Minnesota a déclaré que M. Floyd, 46 ans, qui avait travaillé pour assurer la sécurité dans un restaurant, est décédé aprÚs un "incident médical" dans une "interaction avec la police".

Mardi aprÚs-midi, le maire Jacob Frey a confirmé que les quatre officiers impliqués dans l'incident avaient été "licenciés".

"C'est le bon appel", a-t-il tweeté. Lors d'une conférence de presse tenue plus tÎt, M. Frey avait qualifié l'incident de "complÚtement et complÚtement foiré".

"Je crois que ce que j'ai vu et ce que j'ai vu est faux Ă  tous les niveaux", a-t-il dĂ©clarĂ©. "Être noir en AmĂ©rique ne devrait pas ĂȘtre une condamnation Ă  mort." Il s'agit de la derniĂšre accusation de brutalitĂ© de la police amĂ©ricaine contre les Afro-AmĂ©ricains.

Parmi les cas récents trÚs médiatisés, un officier du Maryland a tué par balle un homme à l'intérieur d'une voiture de patrouille.

L'incident à Minneapolis a commencé avec le rapport d'un client tentant d'utiliser un billet de $20 contrefait dans un magasin.

Les policiers ont localisé le suspect dans sa voiture, a indiqué la police dans un communiqué. On leur a dit que l'homme, qui n'a pas été identifié, "était assis au sommet d'une voiture bleue et semblait sous l'influence".

AprÚs avoir reçu l'ordre de s'éloigner du véhicule, l'homme a résisté physiquement aux policiers, selon la police.

"Les officiers ont pu mettre le suspect menotté et ont noté qu'il semblait souffrir de détresse médicale", ajoute le communiqué.

Dans la vidéo de 10 minutes filmée par un témoin, l'homme est maintenu au sol par l'officier et, à un moment donné, dit: "Ne me tuez pas".

Les témoins ont exhorté l'officier à retirer son genou du cou de l'homme, notant qu'il ne bougeait pas. L'un dit: "Son nez saigne", tandis qu'un autre plaide: "EnlÚve-lui le cou".

L'homme apparaĂźt alors immobile avant d'ĂȘtre mis sur une civiĂšre et dans une ambulance. La police a dĂ©clarĂ© qu'aucune arme n'avait Ă©tĂ© utilisĂ©e pendant l'incident et que des images de la camĂ©ra corporelle avaient Ă©tĂ© remises au Bureau du Minnesota de la police judiciaire (BCA), qui enquĂȘte sur l'affaire.

Mardi soir, des policiers ont utilisé des gaz lacrymogÚnes pour disperser une manifestation de masse devant un poste de police à Minneapolis, selon les médias locaux.

Un journaliste du journal Star Tribune a tweeté qu'il avait été frappé par une balle en caoutchouc tirée par la police. Un journaliste de la chaßne locale KTSP-TV a tweeté que des manifestants avaient brisé du verre dans le bùtiment du quartier et pulvérisé des graffitis sur une voiture de police.

La police a dĂ©clarĂ© dans un communiquĂ© plus tĂŽt au sujet de la mort de George Floyd: "Comme des informations supplĂ©mentaires ont Ă©tĂ© rendues disponibles, il a Ă©tĂ© dĂ©terminĂ© que le Bureau fĂ©dĂ©ral d'enquĂȘte fera partie de cette enquĂȘte." S'adressant aux mĂ©dias amĂ©ricains mardi, le chef Arradondo a dĂ©clarĂ© que les politiques de la force "concernant la mise sous contrĂŽle de quelqu'un" seront examinĂ©es dans le cadre de l'enquĂȘte.

Selon l'agence de presse Associated Press, les policiers de Minneapolis sont autorisés, en vertu de la politique de recours à la force du ministÚre, à s'agenouiller sur le cou d'un suspect tant qu'ils n'obstruent pas les voies respiratoires.

Interrogé sur la participation du FBI, le chef Arradondo a déclaré qu'il avait pris la décision d'inclure l'agence aprÚs avoir reçu "des informations supplémentaires" d'une source communautaire "qui fournissaient simplement plus de contexte".

Dans un communiquĂ©, un porte-parole de la division du FBI Ă  Minneapolis a dĂ©clarĂ© que l'enquĂȘte de l'agence se concentrerait sur le point de savoir si les policiers impliquĂ©s "avaient dĂ©libĂ©rĂ©ment privĂ© l'individu d'un droit ou d'un privilĂšge protĂ©gĂ© par la Constitution ou les lois des États-Unis".

Une fois terminĂ©, l'agence prĂ©sentera ses conclusions au procureur de l'État du Minnesota pour d'Ă©ventuelles accusations fĂ©dĂ©rales. Le BCA du Minnesota, qui enquĂȘte sur la plupart des dĂ©cĂšs en dĂ©tention, continuera de mener sa propre enquĂȘte, en se concentrant sur les violations possibles des lois des États.

La sĂ©natrice du Minnesota, Amy Klobuchar - qui aurait Ă©tĂ© prĂ©sĂ©lectionnĂ©e comme colistier du candidat dĂ©mocrate Ă  la prĂ©sidentielle Joe Biden - a publiĂ© une dĂ©claration appelant Ă  une "enquĂȘte extĂ©rieure complĂšte et approfondie".

"La justice doit ĂȘtre rendue pour cet homme et sa famille, la justice doit ĂȘtre rendue pour notre communautĂ©, la justice doit ĂȘtre rendue pour notre pays", a-t-elle dĂ©clarĂ©.

"Je ne peux pas respirer" est devenu un cri de ralliement national contre la brutalitĂ© policiĂšre aux États-Unis aprĂšs la mort d'Eric Garner en juillet 2014. Garner, un homme noir non armĂ©, a prononcĂ© la phrase 11 fois aprĂšs avoir Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© par la police, soupçonnĂ© de vendre illĂ©galement des cigarettes en vrac.

Ce sont les derniers mots de l'homme de 43 ans, décédé aprÚs qu'un policier l'a placé dans un étranglement. Un médecin légiste de la ville a jugé que l'étouffement avait contribué à la mort de Garner. Le policier de la ville de New York impliqué dans l'arrestation meurtriÚre de Garner a été licencié des forces de police plus de cinq ans plus tard, en août 2019. Aucun policier n'a été inculpé dans cette affaire.

Read more...