Click here to read this article in English (TESTING)

😨Un Père de famille fait face à une accusation de meurtre pour avoir laissé son enfant dans une chambre chaude sans eau pendant 17 heures

Le garçon de deux ans est décédé après avoir été laissé dans une chambre par son père dans la ville allemande d'Essen

Un père est accusé de meurtre pour avoir laissé son enfant dans une pièce chaude sans eau pendant plus de 17 heures, selon la police.

La police a envoyé des sauveteurs à la maison, mais à leur arrivée, le père de l'enfant, baptisé Benjamin S., se serait trouvé devant la maison en criant: 

"Mon enfant est en train de mourir, montez vite."

Selon les médias locaux, ce n’est pas le père qui a passé l’appel d’urgence.

D'autres membres de la famille se seraient trouvés à la maison à ce moment-là, mais l'identité de ceux-ci n'a pas été confirmée.

Lorsque le médecin urgentiste a atteint le troisième étage, où l'enfant était. 

Le garçon était sur le point d'économiser et il ne pouvait que confirmer le décès du tout-petit.

Les températures en Allemagne ont atteint le sommet des 30 derniers jours.

Le porte-parole de la police, Christoph Wickhorst, 30 ans, a déclaré: 

"L'autopsie a montré que l'enfant est décédé suites à une défaillance de l'appareil circulatoire après un choc thermique.

"Il y avait aussi des signes d'un fort manque d'apport hydrique dans le corps.

"Il est possible que l'enfant n'ait rien bu pendant une longue période."

Selon des informations parues dans le journal allemand Bild, l'enfant serait resté dans la pièce chauffée pendant 17 à 18 heures et n'aurait aucun moyen de sortir seul de la pièce.

Angelina B., la mère du garçon, âgée de 21 ans, habitait avec un homme au moment de l'incident, les parents étant séparés.

Le père Benjamin S. a été arrêté par des flics. Le procureur général Elke Hinterberg, 57 ans, a qualifié ses actes de

 "barbares", ajoutant que l'enfant avait subi "des souffrances inimaginables".

Le père a été placé en détention provisoire pour meurtre.

Les deux frères et sœurs du garçon, âgés de un et quatre ans, étaient également avec le père et ont été remis aux services sociaux.

Selon les médias locaux, la famille était connue des services sociaux.

Christian M., 44 ans, voisin, a déclaré: 

"Je suis parfois réveillé par les hurlements de l'appartement. Le 9 juin, j'ai informé les services sociaux. Ils m'ont dit la prochaine fois d'appeler la police."