Tableau de bord

😳 Île Maurice: arrestation du capitaine du bateau Ă  l’origine de la marĂ©e noire

Le capitaine du bateau japonais qui a provoquĂ© une marĂ©e noire Ă  l'Ăźle Maurice aprĂšs s'ĂȘtre Ă©chouĂ© fin juillet sur un rĂ©cif a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© mardi, a-t-on appris de source policiĂšre.

« On a arrĂȘtĂ© le capitaine et son adjoint aujourd'hui. Ils ont Ă©tĂ© traduits en justice sous un chef d'accusation provisoire. L'enquĂȘte se poursuit dĂšs demain (mercredi) avec l'interrogatoire d'autres membres de l'Ă©quipage », a indiquĂ© Ă  l'AFP un porte-parole de la police, Shiva Coothen.

Le capitaine indien, qui a plusieurs fois été questionné par la police, et son adjoint de nationalité sri-lankaise, ont été inculpés et comparaßtront à nouveau au tribunal le 25 août.

Le vraquier japonais MV Wakashio s'était échoué le 25 juillet sur un récif à la Pointe d'Esny, au sud-est de l'ßle Maurice, avec 3.800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel à bord.

Entre 800 et 1.000 tonnes de fioul se sont Ă©chappĂ©es de ses flans Ă©ventrĂ©s et ont souillĂ© les cĂŽtes, notamment des espaces protĂ©gĂ©s abritant des forĂȘts de mangrove et des espĂšces menacĂ©es.

Les équipes d'intervention ont mené une course contre la montre pour pomper le reste du carburant, alors que le bateau menaçait de se briser à tout moment. Il s'est finalement cassé en deux dimanche.

Les deux tiers avant de l'Ă©pave ont commencĂ© Ă  ĂȘtre remorquĂ©s avant d'ĂȘtre coulĂ©s au large pour Ă©viter des dĂ©gĂąts supplĂ©mentaires. La partie restante, qui contient les moteurs et environ 30 mĂštres cubes de pĂ©trole, est encore coincĂ©e sur le rĂ©cif.

Les autorités ont estimé qu'il était « trop risqué de chercher à récupérer la quantité résiduelle de fioul dans la salle des machines ».

Le gouvernement mauricien a Ă©tĂ© accusĂ© de nĂ©gligence, la population de cette Ăźle touristique se demandant pourquoi si peu avait Ă©tĂ© fait entre le moment oĂč le MV Wakashio s'est Ă©chouĂ© et l'apparition de la fuite.

Le Premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth, a estimé qu'aucune erreur n'avait été commise et a refusé de présenter des excuses.

Le propriétaire japonais du bateau, Nagashiki Shipping, s'est déclaré « profondément conscient de (ses) responsabilités » et a promis de répondre « sincÚrement » aux demandes de compensation.

Read more...