Click here to read this article in English (TESTING)

😲Coincée six jours dans sa voiture : comment Corine Bastide a-t-elle pu survivre ?

Selon son entourage, Corine Bastide a pu boire de l’eau de pluie lors des fortes averses de ce week-end. Mais elle est donc restée au moins 3 jours dans son véhicule accidenté sans eau potable, sans alimentation et sous la canicule.

Corine Bastide, cette Wanzoise porté disparue depuis le 23 juillet dernier est vivante. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’il s’agit d’une histoire exceptionnelle. La mère de famille, prisonnière de sa voiture accidentée depuis 6 jours a été retrouvée ce lundi soir. Agée de 45 ans, elle a survécu en buvant de l'eau de pluie.

Lorsqu’elle a été secourue ce lundi soir à 18 heures, la Wanzoise était en état de déshydratation.

Comment son corps a-t-il pu résister ?

Les spécialistes sont d’accord que survivre autant de temps sans eau, ni aliments, c’est tout à fait exceptionnel mais pas inconcevable d’un point de vue médical.

Selon Lucien Bodson, un médecin urgentiste à Liège, "l’organisme s’adapte et se met au ralenti. Comme elle est incarcérée, le corps ne va pas dépenser beaucoup d’énergie.

C’est sûrement pour cette raison qu’elle a pu survivre plus longtemps qu’en situation normale".

Un organisme peut survivre entre 20 et 40 jours sans alimentation mais seulement 3 jours sans boire. Corine Bastide est donc passée par le chas de l’aiguille.

Les fortes chaleurs de la semaine dernière ont clairement empiré la situation.

Certaines journées, la température est montée à plus de 40 degrés et les conséquences du manque d’eau auraient pu être beaucoup plus graves.

"Le volume d’eau dans le corps, qui est normalement de 5 litres, va diminuer progressivement si l’on ne boit pas"

Cela veut dire que les reins et le cerveau vont être moins perfusés. 

Dans un cas extrême, la déshydration peut entraîner une confusion, voire carrément le coma. 

On peut clairement avoir des séquelles neurologiques ou rénales très importantes", explique le docteur Marc Van Nuffelen, chef du service des urgences à l’hôpital Erasme.