Tableau de bord

ūüćľ Attaque dans la maternit√© afghane: Une femme allaite les b√©b√©s de m√®res assassin√©es

Firooza Omar était chez elle lorsqu'elle a entendu parler de l'attaque meurtrière de la semaine dernière.

Des militants ont pris d'assaut la maternit√© de l'h√īpital Dasht-e-Barchi dans la capitale afghane, Kaboul, tuant au moins 24 personnes, dont des nouveau-n√©s, des m√®res et des infirmi√®res.

"J'allaitais mon propre enfant et je suis devenu émotif. Je pouvais voir la souffrance de ces autres bébés", dit le psychiatre de 27 ans.

En tant que mère d'un garçon de quatre mois, elle a décidé d'aider d'une manière qui lui était particulièrement adaptée et s'est portée volontaire pour allaiter des bébés dont la mère avait été tuée ou blessée.

Avec le soutien de son mari, qui a accept√© de s'occuper de leur enfant pendant son absence, Firooza s'est rendue √† l'h√īpital pour enfants Ataturk √† proximit√©, o√Ļ une centaine de femmes et d'enfants secourus ont √©t√© emmen√©s.

Bien que l'h√īpital soit √† 2 km de son domicile, le voyage est rest√© risqu√© dans une ville traumatis√©e et effray√©e par l'attaque brutale.

"Quand je suis all√© √† l'h√īpital, j'ai vu une vingtaine de b√©b√©s", raconte Firooza. "Certains d'entre eux ont √©t√© bless√©s."

Le personnel médical avait essayé de nourrir les bébés avec du lait en poudre, explique-t-elle, mais certains nourrissons refusaient de boire. "J'ai parlé aux infirmières et elles m'ont dit de nourrir les bébés qui pleuraient beaucoup."

La première nuit, elle a pu allaiter quatre bébés l'un après l'autre. "Cela a eu un effet calmant sur moi. J'étais heureux de pouvoir les aider."

Au cours des jours suivants, elle a continu√© √† allaiter son propre fils √† la maison, tout en retournant √† l'h√īpital pour nourrir les b√©b√©s du service. Soucieuse de faire prendre conscience de la situation, Firooza a √©crit sur son exp√©rience sur les r√©seaux sociaux et a exhort√© les autres m√®res √† suivre son exemple.

Elle dit qu'un certain nombre de femmes se sont manifestées pour aider. Firooza a également contacté un certain nombre de ses amis pour collecter des fonds pour acheter des couches et du lait en poudre pour les bébés qui ne pouvaient pas être allaités.

L'Afghanistan a √©t√© t√©moin de nombreuses atrocit√©s pendant le conflit des quatre derni√®res d√©cennies. Mais l'attaque de mardi, avec ses sc√®nes de carnage o√Ļ des m√®res et leurs nouveau-n√©s ont √©t√© abattus, a choqu√© le monde.

Alors que de nombreux nouveau-nés sont désormais libérés, Firooza est toujours affligée par l'impact du cycle de violence apparemment sans fin dans sa ville.

"Au lieu d'√™tre d√©tenus par leur m√®re, ces b√©b√©s sont dans un h√īpital, nourris par des √©trangers", dit-elle.

Read more...